Recherche

Pour les étudiants

  • Bourses sur critères sociaux (BCS)

La bourse sur critères sociaux est une « Aide aux familles » leur permettant d’assumer les frais de scolarité de leurs enfants poursuivant leurs études dans un établissement d’Enseignement Supérieur, habilité à recevoir des boursiers.
À l’ESA, les formations BTS, Licence professionnelle, Ingénieur et Master sont habilitées à percevoir une bourse sur critères sociaux pour les étudiants. En 2016/2017, 30 % des étudiants en sont bénéficiaires. Un simulateur de bourse est à votre disposition sur le site simulateur.lescrous.fr

Entre le 15 janvier et le 31 mai : le futur étudiant concerné doit constituer un Dossier social étudiant (DSE) en ligne, sur le « Portail numérique des démarches et services de la vie étudiante » : www.messervices.etudiant.gouv.fr
N’attendez pas de connaître votre admission définitive. Faites votre demande de bourse avant le 31 mai. Le DSE est géré par mail avec le CNOUS et votre bourse est confirmée ensuite, en septembre, après votre entrée en formation. Les versements sont effectués chaque mois par le CROUS.

Des fiches sont à votre disposition :

  • Bourses de mobilité internationale

    Il existe des aides apportées aux familles pour la mobilité internationale des jeunes pendant leurs études. Les principaux pourvoyeurs de bourses que nous sollicitons pour nos étudiants sont :

  • Les Ministères de l’Agriculture, des Affaires Étrangères, de l’Éducation Nationale
  • La Région Pays de la Loire
  • L’Union Européenne (programme ERASMUS)
  • Autres aides possibles

La Commune : certaines communes, notamment en milieu rural, par le biais du CCAS (Comité Communal d’Action Sociale, accordent une aide pour leurs résidents effectuant des études supérieures.

Le Département : certains départements accordent des Bourses Départementales. Renseignez-vous auprès du Conseil Départemental de votre domicile familial.

La Région : même formule que pour le Département. Renseignez-vous auprès du Conseil Régional de votre domicile familial. La région des Pays de la Loire propose le Pack 15-30 ans pour le logement, le transport, la santé, la culture, le sport… Plus d’infos sur : www.pack15-30.fr

La MSA (si vos parents sont affiliés à la MSA) : selon chaque caisse départementale, la MSA peut apporter une aide aux étudiants. Renseignement auprès de la caisse MSA de vos parents.

Les Caisses de retraite complémentaire : Les Caisses de retraite complémentaire ont un « service d’aide sociale ». Renseignement auprès de la Caisse à laquelle cotisent vos parents, salariés ou retraités (via le service du personnel de leur entreprise s’ils ne connaissent pas les coordonnées).

Les Comités d’Entreprise : Renseignements auprès du CE de vos parents.

  • Les prêts bancaires

Le prêt étudiant : seuls les intérêts sont à rembourser à partir de l’octroi du prêt (sur une durée de 5 ans maximum) et le capital est remboursable à partir de la fin des études. Une caution solidaire des parents ou d’un tiers est exigée. Montant compris entre 1 000 et 21 500 €. Il est conseillé de s’adresser à sa banque habituelle.

Le prêt étudiant garanti par l’État : accessible aux étudiants âgés de moins de 28 ans, sans conditions de ressources, sans caution parentale ou d’un tiers. Taux d’emprunt fixé par la banque. Montant maximal du prêt : 15 000 €. Possibilité de remboursement partiel différé. Banques partenaires : Banque Populaire, Crédit Mutuel, CIC, Caisse d’Epargne, Société Générale.

Le prêt jeune : mêmes conditions financières que le prêt étudiant, mais capital à rembourser de suite (et non après le diplôme).

  • Les stages

Le montant minimum est de 554€/mois pour un stage d’au moins 2 mois consécutifs dans la même entreprise ou en 2 ou 3 séquences sur la même année scolaire.

  • La Junior Entreprise

Les étudiants de l’école d’ingénieur ont la possibilité de réaliser des missions rémunérées dans le cadre de la Junior Entreprise.

Pour les apprentis

  • Les allocations et droits

    • L’apprenti est affilié à la Sécurité Sociale des salariés par l’entreprise d’apprentissage (et non à la Sécurité Sociale étudiante).
    • Il peut bénéficier des œuvres universitaires (cité universitaire, restaurant universitaire) : voir les conditions avec le CROUS.
    • Il peut bénéficier d’une allocation logement (APL ou ALS)
    • La famille peut continuer à bénéficier des allocations familiales pour l’apprenti, s’il a moins de 20 ans et s’il perçoit moins de 55% du SMIC.
    • En tant que salarié, il cotise aux ASSEDIC pendant la formation et pourra aussi bénéficier d’une allocation chômage, s’il est momentanément sans emploi à la fin de ses études.
    • Les années d’apprentissage entrent dans le calcul de la retraite.
  • Rémunération

L’apprenti bénéficie d’une rémunération tant en entreprise qu’au CFA. Cette rémunération varie en fonction de l’âge et de l’avancée dans les études. Elle est calculée en pourcentage du SMIC. Faites une simulation de salaire : www.alternance.emploi.gouv.fr

  • Les aides de la région Pays de la Loire

Les aides sont versées à tous les apprentis inscrits au CFA, quelle que soit leur région d’origine. Les aides au transport sont regroupées sous la forme d’un forfait versé aux apprentis en deux fois dans l’année scolaire (novembre et février). Plus d’infos
Pour bénéficier des aides ou des différents pass existants (transport, logement, première installation ; culture et sport, complémentaire santé, contraception), l’apprenti devra s’inscrire au plus tôt sur : www.pack15-30.fr

  • Restauration

Les apprentis de l’ESA ont accès au Restaurant Universitaire sur présentation de leur carte apprenti et au tarif étudiant (prix du ticket du RU 2016-2017 : 3.25€).

  • Les autres aides offertes par la Conseil Régional aux apprentis

Aides gérées par le CFA :

  • Fonds Social apprentis : le Conseil Régional, via le CFA, peut accorder certaines aides d’urgence sur demande et après étude du dossier.
    Contacter Martine Delugeau : 02 41 23 55 42 – m.delugeau@groupe-esa.com
  • Aide au premier équivalent professionnel : une aide est accordée aux apprentis de certaines formations, pour l’acquisition d’un premier équipement professionnel. L’équipement est acheté par le CFA et mis à disposition de l’apprenti dans les premiers mois de la formation.
    Contacter Éric Wagner : 02 41 23 55 80 – e.wagner@groupe-esa.com

Participation financière des familles :
Les frais de formation sont intégralement pris en charge par le Conseil Régional des Pays de la Loire, les entreprises qui versent la Taxe d’Apprentissage au CFA et le Fonds Social Européen.
La solidarité est donc gratuite pour les familles. Seuls sont demandés :

  • Des frais annexes à la formation variant entre 175 et 535€/an, selon les formations.
  • La cotisation au BDE (Bureau des étudiants)
  • Une contribution à la mobilité internationale (225€) si elle est prévue dans le programme

Ces différents frais sont pris en charge par les entreprises pour les apprentis I²FA (Étrangers en formation par alternance).
Apprentis en formation Ingénieur : si le contrat d’apprentissage est rompu avant la fin de la formation, les apprentis ingénieurs, qu’ils en soient initiateurs ou non, ont l’option de poursuivre sous statut étudiant aux conditions financières applicables aux étudiants.

Pour les jeunes en contrat de professionnalisation

  • Rémunération

Le titulaire du contrat de professionnalisation perçoit un salaire déterminé en % du SMIC ou du barème de l’accord de branche.

Qualification/Âge 16 à 20 ans 21 à 25 ans
Formation initiale supérieure ou égale au Bac pro ou à un titre ou diplôme à finalité professionnelle de même niveau  

 

65% du SMIC

 

 

80% du SMIC

 

  • Pour les 26 ans et plus demandeurs d’emploi : 85% du minimum conventionnel sans pouvoir être inférieur au SMIC.
  • Le salaire est mensuel et est accompagné d’un bulletin de salaire.
  • Les frais de formation sont pris en charge par l’employeur.

La région des Pays de la Loire propose le Pack 15-30 avec des aides pour l’installation, la santé, le logement. Plus d’infos sur www.pack15-30.fr

Pour les profils adultes

Vous êtes salarié

Plan de formation de l’entreprise

Les entreprises financent annuellement de la formation professionnelle continue pour leurs salariés. Vous devez vous adresser à votre entreprise pour faire inclure votre projet de formation dans son plan de formation.Les frais occasionnés par la formation sont pris en charge par l’employeur (frais de stage, de transport, d’hébergement). Si l’employeur donne son accord, l’ESA proposera une convention de formation professionnelle à votre entreprise.

Congé Individuel de Formation (CIF)
Tout salarié justifiant d’une ancienneté de 24 mois, consécutifs ou non a le droit de suivre à son initiative et à titre individuel des actions de formation. Ce droit s’applique quel que soit le contrat de travail (CDD, CDI, temps partiel, travailleur temporaire, intermittent…).
Vous devez prendre contact avec l’organisme collecteur auquel cotise votre entreprise qui vous donnera les informations et les délais pour faire la demande de prise en charge. (FAFSEA, OPCALIM, FONGECIF)

Compte personnel de formation (CPF)
Le compte personnel de formation (CPF), alimenté en heures, est utilisable par tout salarié, tout au long de sa vie active, pour suivre une formation qualifiante. Le CPF a remplacé le droit individuel à la formation (Dif) mais les salariés ne perdent pas les heures acquises au titre du Dif et pourront les mobiliser jusqu’au 31 décembre 2020.

Période de professionnalisation
La période de professionnalisation permet à l’employeur et au salarié de bâtir un parcours de professionnalisation, financé par un OPCA. Réservée à certaines catégories de salariés, elle est mise en œuvre soit dans le cadre du CPF, soit dans le cadre du plan de formation. Basée sur l’alternance, elle associe des enseignements généraux, technologiques et professionnels et la pratique en entreprise et rapport avec la qualification recherchée. L’ESA proposera un devis de formation.

Vous êtes « non-salarié » 

Vous êtes « non salarié » agricole :

Vous êtes exploitant agricole, associé d’exploitation, conjoint ou membre de la
famille, VIVEA peut assurer la prise en charge totale ou partielle des coûts pédagogiques de votre formation. Vous devez adresser la demande à votre VIVEA départemental.

Vous êtes « non salarié » hors agriculture :
Vous êtes artisan, commerçant, travailleur indépendant.
Quel que soit votre secteur d’activité, votre formation peut faire l’objet d’une demande de prise en charge auprès de l’organisme collecteur de fonds de la formation professionnelle dont vous relevez.Plus d’infos sur : www.centre-inffo.fr

Vous êtes demandeur d’emploi indemnisé

Vous avez différentes possibilités de financer votre formation :

Le Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi (PPAE)
La nouvelle convention chômage prévoit que le demandeur d’emploi ayant cotisé au moins 6 mois au cours des 22 derniers mois peut bénéficier de l’AREF (Aide au Retour à l’Emploi/Formation). Selon les cas, cette allocation est maintenue pendant tout ou partie de la formation.

Le congé de reclassement
Vous pouvez en bénéficier dans le cas d’un licenciement pour motif économique. Le congé de reclassement est d’une durée comprise entre 4 et 9 mois. Cela vous donne droit à une rémunération par l’employeur et à une prise en charge partielle des coûts de formation.
Vous devez vous adresser à l’équipe technique de reclassement de votre Pôle Emploi.

Vous êtes demandeur d’emploi non indemnisé

Vous avez différentes possibilités de financer votre formation :

Les contrats d’insertion pour l’emploi
Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail, CDI ou CDD qui comprend des actions de formation de 6 à 24 mois devant représenter 15 à 25% de la durée totale du contrat (150h minimum). Ce pourcentage peut être plus important pour des formations diplômantes selon l’accord de la branche.

D’autres contrats de travail permettent de se former :
– Contrat Initiative Emploi (CIE)
– Contrat d’Accompagnement dans l’Emploi (CAE)
– Contrat d’insertion – Revenu minimum d’activité (CI-RMA)
– Contrat Avenir (CAV)
– Contrat emploi-formation agricole