Contexte et objectifs du projet

Dans un contexte d’agriculture en transition vers l’agro-écologie au sens large, on observe une diversification forte des modèles d’élevage, depuis les systèmes autonomes et économes jusqu’aux systèmes intensifs, développant des innovations pour diminuer les contraintes du travail en élevage comme l’automatisation. La conception de systèmes agro-écologiques met en avant la notion de santé de l’écosystème à préserver par des pratiques agricoles de gestion intégrée de la santé, notamment animale pour les systèmes d’élevage (Dumont et al. 2014).

Cette thèse se propose de contribuer à la compréhension des pratiques et innovations existantes dans le domaine de la santé animale et de clarifier ce qui se joue dans les différentes façons de voir la santé animale en élevage en associant un regard i) sur les pratiques d’élevage, les entités, raisonnements et indicateurs qu’elles révèlent (Dedieu et al. 2008) et ii) les activités de travail qui relient ces pratiques aux personnes et aux enjeux d’organisation du travail. Il s’agit de construire un modèle conceptuel du travail en élevage en prenant en compte la gestion intégrée de la santé animale et en s’appuyant sur une diversité de cas.

Mots-clés
Organisation du travail ; gestion intégrée de la santé ; bovin-lait ; collectif de travail

Partenariat scientifique dans lequel s’inscrit le travail
USC URSE ; Département ACT (INRAE) ; Projet PEI UnifilAnimSanté Régional Pays de la Loire (2018/2022) ; Réseau SYSGO des Zootechniciens systèmes de l’Ouest Parten

Encadrement de la thèse
Thèse dirigée par Benoît Dedieur (INRAE) et ci-encadrée par Claire Manoli (USC URSE)

Contact URSE
Claire Manoli et Vinciane Gotti

Financement
Co-financement ESA et INRAE – Programme Recherche-Formation-Innovation (RFI) « Food For Tomorrow-Cap Aliment »